éducation artistique

Grâce au soutien de la DRAC Auvergne Rhône-Aples et du Rectorat de l'Académie de Clermont-ferrand, le festival fait  des propositions d'éducation artistique et culturelle en direction des élèves du 1er degré et du second degré afin de permettre à tous les élèves de rencontrer la diversité et la richesse de la création musicale d'aujourd'hui avec des spectacles, des installations, des ateliers, des rencontres.
Pour le second degré, les propositions sont sur le site internet du rectorat.

Installations du 4 au 19 novembre
Au fil du temps
Salle d'expo Centre Camille Claudel
Paysages portuaires
Médiathèque de Blanzat
Frederic Lejunter / machines sonores
Sur inscription via lien doodle

Frédéric Le Junter est un artiste atypique qui travaille au croisement de la musique, des arts plastiques et du spectacle. Mêlant créativité artistique et savoir-faire de bricoleur, ce sculpteur-musicien fabrique des machines mécaniques, curieux instruments de musique, au fonctionnement aléatoire, qui produisent mouvements, lumières et sons eux-mêmes aléatoires, hasardeux voire accidentels.
À travers son travail, Le Junter révèle cette dose d'inexactitude nécessaire au monde, comme l'hésitation naturelle de ses assemblages teintés d'humour, d'objets baroques, de myriades de détails ; une esthétique où coexistent intimement primitivisme et sophistication, éclatement de la matière, assemblages de savant fou. Un monde singulier et partageable.

Au fil du temps
Installation sonore et lumineuse
Frédéric Lejunter
Du 5 au 19 novembre 
Salle d'exposition Centre Camille Claudel

Je reviens à cette impression d'enfance: j'attendais impatiemment que mes parents aillent se promener en voiture dans le port de Dunkerque, et que la voiture passe sur un certain pont, celui de l'écluse Trystram, un pont à bascule en acier qui provoquait une résonnance particulière dans la voiture, j'aurai aimé que ce son dure indéfiniment.
C'est ce souvenir qui me servira de point d'entrée dans la musique, pour aller vers le son comme matière, comme assemblage, comme paysage.
Dans ce jardin composite, j'accumule différentes familles de mon travail:
machines sonores, machines à lumières, objets trouvés.

En partenariat avec le Centre Camille Claudel

Paysage portuaire
Installation visuelle et sonore
Frederic Le Junter
Médiathèque de Blanzat
du 5 au 19 novembre (excepté le lundi) 

Une douzaine de  machines constituées d' instruments  réalisés avec des objets trouvés, des assemblages bruts,  une matière sonore pleine, pour la composition d'un assemblage sonore, un paysage, qui  rappelle les impressions fortes de son enfance dans le port de Dunkerque.

http://flejunter.free.fr/paysage_portuaire.html
flejunter.free.fr/

En partenariat avec la Médiathèque de Blanzat

Inscription sur framadate

La Musique des langues
Sébastien Béranger
Médiathèque Croix de Neyrat
visite et atelier du 4 au 18 sur inscription

Musique des langues est une installation multimédia interactive qui permet de jouer, seul ou à plusieurs, sur le son et la lumière. En utilisant leurs mains ou leur voix, les spectateurs interagissent entre eux ou sur des voix enregistrées dans différentes langues. Avec leurs gestes, ils transforment en direct les mots et les phrases jusqu’à les rendre méconnaissables et créer ainsi une matière sonore avec laquelle ils jouent dans un contexte purement musical.
Entrée libre
Inscription sur framadate

« les suspendues »
Installation visuelle et sonore
Sima Khathami / Stéfane Perraud
Campus des Cézeaux du 3 au 19 novembre

Le spectateur est corporellement impliqué dans une démarche d'exploration de cette installation qui, vue de l'extérieur, est très ouverte. Le spectateur qui y passe peut choisir d'amener à lui un billet.
Un système de câble sur bobine permet à chaque billet de descendre et de remonter au plafond.
De par la forme des passerelles, ces billets sont agités par le vent et émettent chacun une note à la manière d'un carillon.
Sur les billets sont gravés des témoignages.

Proposée par le Service Universités Culture et le CROUS
avec le soutien du Ministère de la Culture, du CNOUS, de a+u+c

Inscription sur framadate

Ateliers Sébastien Béranger avec le logiciel Musinekit
à partir d'un thème, création d'une pièce avec les élèves d'une ou 2 classes
ordinateurs + casques à fournir
en dehors du festival (nous contacter)

Spectacle L'hameçon
Cour des 3 Coquins Salle Beckett
10 novembre 10h00

Création lumière : Cédric Cambon Création sonore et musicale : Benjamin Maumus, Jean-Léon Pallandre Réalisation informatique : Julien Rabin Regard extérieur : Jean-François Vrod
Les auditeurs spectateurs sont en cercle. Proximité. Au commencement le plateau central est vide. La lumière et le son font respirer l’espace. Sensation d’être ensemble dans un volume, une grande bulle d’air doucement agité.
Trois hommes sur un plateau. Ils vont, viennent, agissent, manipulent. Ils sont comme des pêcheurs sur un bateau la nuit : ils ont des tâches à accomplir. Chaque déplacement, chaque geste, est en relation avec le paysage sonore et la lumière. L’espace se transforme, disparaît, se fond, devient brumeux ou au contraire prend des reliefs, devient abstrait, vaste ou intime, au fil des actions des hommes.
Le spectacle se déploie comme un poème. On passe de la calme sensation du petit matin dans la vallée à l’énergie vive du chalutier en mer agitée. On est dedans. L’espace sonore est mouvant, frissonnant. De multiples sources lumineuses, fixes ou mobiles, créent un espace souple et vivant, à ressentir autant qu’à regarder. Sensation d’être touché par le son et la lumière.
Des relations étranges, parfois magiques, parfois drôles, se dessinent entre les gestes, les manipulations d’objets et les évolutions du son et de la lumière. Pour éveiller la curiosité, l’étonnement, la complicité, et peut-être le charme.

http://vimeo.com/130536973
jauge 90 à 100 personnes par séance
durée : 1h
Niveau : à partir de 8 ans
Entrée : 3€

Fantôme, un léger roulement et sur la peau tendue qu'est notre tympan
Salle Beckett, Cour des 3 Coquins 17 novembre 10h00

« Une symphonie poétique, le théâtre d'objets de Benjamin Dupé. Cet étonnant compositeur - metteur en scène nous invite sur les traces d'Orphée aux enfers. Attention, petit paradis musical ! Des lumières discrètes guident notre regard sur d'énigmatiques objets mécaniques : ils s'animent et simulent des traces de pas, l'écoulement de grains de sable... Dans cet univers soufflant et vibrant, une voix nous invite sur les traces d'Orphée. Par la beauté de son chant et de sa lyre, celui-ci convainc Hadès, le Dieu des Enfers, de lui restituer son Eurydice, morte depuis peu. Mais dans le sombre passage du retour, n'entendant aucun bruit, Orphée se retourne pour vérifier que celle-ci le suit bien... Entre installation, conte et concert intimiste, Fantôme, un léger roulement et sur la peau tendue qu'est notre tympan déploie sa magie de l'infime. Tout en fines intensités et en calculs savants, les bricolages minutieux de Benjamin Dupé et du scénographe Olivier Thomas sculptent notre imaginaire : issus de l'univers de la musique contemporaine, des arts plastiques et de l'architecture, les artistes conçoivent le spectateur comme un instrument sur lequel sons et émotions résonnent. Créé pour le Festival Les Musiques en 2012 à Marseille, Fantôme (...) s'avère aussi une introduction idéale aux musiques électro-acoustiques. » © Théâtre Liberté, Toulon
https://www.youtube.com/watch?v=NMpGjzKlktw
Jauge : 50 personnes par séance d'1h
Niveau : à partir de 8 ans
Entrée : 3€

POIDS–PLUMES
Mardi 8 novembre 9h15 et 10h30
Salle Kantor Cour des 3 Coquins

Un spectacle à voir... et à écouter Compagnie Ouie/Dire
Un ensemble de haut-parleurs, discrets, pour jouer du paysage sonore comme d’une pâte à modeler. Des objets suspendus et mobiles (sculptures d’oiseaux, plumes, feuilles, végétaux) pour étonner le regard et chatouiller l’oreille, l’intriguer, l’emmener. La complicité d’un duo de musiciens qui joue de tout ce qui sonne : carton frotté, voix qui susurre, chant d’animaux, craquement du feuillage. Sculptures qui dansent...
Jauge : entre 50 et 80 places
Niveau : maternelle et primaire
Entrée : 3€

Performance atelier
Tony di Napoli
14 novembre
Dans l'établissement

Sculpteur et musicien, Tony Di Napoli fabrique depuis 1994 ses instruments de musique à partir de pierres calcaires, des lithophones accordés.Il se produit régulièrement en Europe, en solo ou avec d'autres musiciens. Il imagine le son et les vibrations comme une matière à sculpter, s'intéressant principalement aux frottements, battements, interférences provoqués par les gammes micro tonales. Une musique à ressentir non seulement avec les oreilles mais aussi avec le corps.
Lithophones, pierres sonores, pierres sonantes, sont des instruments de musique en pierre, ils font partie de la famille des percussions. On les retrouve à différentes époques, de la préhistoire à nos jours et à travers le monde entier. Pierres décorées, accordées, façonnées par l'homme ou pierres trouvées telles quelles dans la nature, elles se présentent sous forme de lames oblongues, de disques, de plaques brutes ou encore de rochers.
Elles sont soit suspendues à des structures, soit posées sur des lits de paille ou sur des caisses de résonances. On a découvert en Chine des pierres sonores, " Pien Ching " âgées de 4500 ans. On les nomme " Dan Da " au Viêt-Nam ; " Picacanla " au Togo ; " Rock Gong " au Nigéria. En Europe, ils apparaissent dès le XIXe siècle,, le " Rock Harmonica " est créé en Angleterre par la Famille Richardson ; en France, Honoré Baudré fabrique son piano géologique en silex.
Parmi les musiciens et sculpteurs contemporains, on retrouve entre autres Elmar Dauscher en Allemagne, Arthur Schneiter en Suisse, Amalia Del Ponte en Italie
La pierre utilisée par Tony di Napoli est le calcaire de Vinalmont ou calcaire de Meuse. Pierre particulièrement sonante, se prêtant facilement à la taille, elle est composée de 99,5 % de calcite et est extraite en Belgique dans le village de, Valmont situé dans la province de Liège. L'ensemble instrumental est composé de plusieurs lames oblongues dont les dimensions varient de 110 cm à 20 cm de long, 15 cm de large et 2 cm d'épaisseur ; de disques de 100 cm à 55 cm de diamètre sur 2 cm d'épaisseur et des demi-lunes de 100 cm de diamètre. Ces pierres sont posées sur des caisses de résonance en bois. Toutes ces pierres sont accordées, certaines suivant un tempérament égal, d'autres en micro-intervalles. Elles sont mises en vibrations par percussion à l'aide de mailloches, par frottement avec des "rebondisseurs" -boules de caoutchouc montées sur une tige souple de carbone- pour obtenir, suivant la pression exercée, différents sons continus.
L'atelier sera composé d'un moment musical suivi par un travail autour de la notion de vibration.
Durée 50' à 1h
2 classes le matin, 1 classe l'après-midi

Lieu : soit dans l'établissement scolaire ou à Canopé
Entrée : 3€ par élève

https://vimeo.com/142492634